Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 14:16

MUSIQUE POPULAIRE (1980)


In 2005 I considerably revised this work, initially written for 2 pianos (I also wrote a version of "Musique populaire" for 2 pianos and orchestra in 1994). To this final version I added 2 marimbas, 2 vibraphones and one celesta, which allowed me to satisfy my liking for instrumentalpolychromy and for the introduction of instruments with a picturesque, reverberating and "magical" sound. In the mid-70's, listening to the recordings by the Modern Jazz Quartet had a big effect on me, and the bewitching, orchestral and harmonic polychromy of the 2nd suite of Daphnis et Chloé by Ravel still resonates in my ears. The recent Basel exhibition dedicated to polychromy in the architecture and sculpture of ancient Greece and of the "pax romana" period reinforced my aesthetic choices.

It's not easy to discuss one's own music, but it seems to me that this work is part of the rather long list of rituals that I composed with the notion of the purification rites of archaic traditions in mind. Here, the energy waves of the human psychic field are treated by analogy and in close correlation with the "chaos-harmony" dynamic of the macrocosmic universe. The proposed development of the evolution of the musical discourse could lead to the dissolution of the Ego through multiple initiation rites. In other words, the growth of entropy would result in the exhaustion of the energy field in question. "Musique populaire" (like "Die Zeit" and "Récit de voyage") is part of my global work titled "Anthology of Archaic Rituals – In Search of The Center".

----------------------------------------------------------------
"MUSIQUE POPULAIRE" (1980)

En 2005, j'ai effectué un remaniement de taille de cette oeuvre initialement écrite pour 2 pianos (j'ai également fait une version de "Musique populaire" pour 2 pianos et orchestre en 1994). J'ai ajouté à cette version définitive 2 marimbas, 2 vibraphones et un célesta tout en assouvissant mon goût pour la polychromie instrumentale et pour l'introduction d'instruments aux sonorités pittoresques, réverbérantes et à connotation "magique". Au milieu des années 70, l'écoute des enregistrements du Modern Jazz Quartet m'a beaucoup marqué et la polychromie ensorcelante, orchestrale et harmonique, de la 2ème suite de Daphnis et Chloé de Ravel résonne encore dans mes oreilles. La récente exposition à Bâle consacrée à la polychromie de l'architecture et de la sculpture de la Grèce antique et de la période "pax romana" m'a réconforté en ce qui concerne mes choix esthétiques.

Il n'est pas facile de parler de sa propre musique, mais il me semble que cette oeuvre s'inscrit dans l'assez longue liste des rituels que je composais en pensant à la notion des rites de purification dans les traditions archaïques. Ici, les vagues d'énergie du champ psychique humain sont traitées par analogie et en corrélation avec la dynamique "chaos-harmonie" de l'univers macrocosmique. Le cheminement proposé de l'évolution du discours musical serait susceptible d'aboutir à la dissolution de l'Ego au travers de multiples épreuves initiatiques. En d'autres termes, l'accroissement de l'entropie déboucherait sur l'épuisement du champ énergétique en question. "Musique populaire" fait partie (ainsi que "Die Zeit" et "Récit de voyage") de mon oeuvre globale intitulée "Anthologie des rituels archaïques – A la recherche du Centre".

Partager cet article

Repost0

commentaires